Message de Monsieur le Ministre de l’Economie Numérique et de la Poste

Mamadou SANOGO Ministre de l’Economie Numérique et de la Poste de Côte d’Ivoire

Organisation spécialisée du système des Nation Unies, l’Union Postale Universelle (UPU), a été créée en 1874. Son siège est à Berne, en Suisse. C’est elle qui fixe les règles des échanges de courrier international et formule des recommandations en vue de stimuler la croissance des volumes de la Poste aux lettres, des colis et des services financiers et améliorer la qualité de service offert aux clients.

Le Congrès est l’organe suprême de cette Union qui se réunit tous les quatre (4 ans). Les Plénipotentiaires des 192 pays membres se rencontrent pour décider de la nouvelle stratégie postale mondiale et fixer les règles pour les échanges de courrier international.

Le 27ème Congrès se tient à un moment où l’UPU se trouve à la croisée des chemins, face à l’évolution rapide de l’environnement politique, économique et technologique du secteur postal.

Les enjeux sont importants et nous devons au cours de ce congrès poser les bases d’un avenir pérenne de notre Organisation.

L’analyse du secteur postal conduit à constater que l’évolution rapide des besoins d’intégration régionale des gouvernements, d’élargissement des marchés des entreprises et de commodité des particuliers, poussent à considérer le marché postal non pas à l’échelle d’un pays, mais à minima à l’échelle d’une région.

Les acteurs postaux nationaux devront de ce fait développer des alliances stratégiques leur permettant d’offrir des services aux e-commerçants combinant aide à l’export, livraison, paiement et visant un marché plus large.

Il apparaît de plus en plus évident d’envisager l’ouverture du secteur et de développer l’interaction entre les différentes parties prenantes.

Tous les facteurs du développement du secteur postal (politiques, économiques, sociaux, technologiques et légaux) contribuent à une transformation des rapports entre les entreprises et les clients finaux dont il faudra impérativement tenir compte.

Les fora stratégiques régionaux organisés récemment par le Bureau international de l’UPU dans les différentes régions géographiques de l’Union ont révélé des tendances économiques mondiales qui vont conditionner la Stratégie Postale Mondiale d’Abidjan.

Des risques ont été identifiés, qui relèvent particulièrement des incertitudes politiques et des tensions économiques sur la scène internationale.

La fragilité du multilatéralisme et de la coopération internationale constitue par ailleurs une menace sérieuse pour le fondement même de l’Union.

Le secteur postal est certes confronté à des défis, mais des opportunités existent, parmi lesquelles on peut citer la vitalité du réseau, des échanges internationaux et du commerce transfrontalier.

La numérisation des procédures et des produits et services offerts par les opérateurs postaux a modifié les limites du secteur postal traditionnel et le e-commerce connaît sur ce plan un développement spectaculaire.

On constate néanmoins qu’une grande partie des populations de certaines régions du monde dont notamment l’Afrique, ne dispose pas d’un accès suffisant aux services postaux. Des investissements importants devraient contribuer à changer cette donne.

La Stratégie postale d’Istanbul 2016 a posé les bases de la transformation du secteur postal pour qu’il demeure au cœur de l’économie globale, à travers trois piliers : l’innovation, l’intégration et l’inclusion.

L’un des objectifs principaux du Congrès postal d’Abidjan 2020 est de mettre en place, au sein de l’Union, les organes nécessaires pour parachever la transformation de notre Organisation.

La Stratégie postale mondiale d’Abidjan (SPA) constituera de ce fait la feuille de route dans laquelle chacun des acteurs principaux du secteur postal aura un rôle à jouer.

Le 27e Congrès doit être également l’occasion d’une réflexion et la prise de mesures en vue de renforcer la résilience de l’UPU.

Des questions importantes comme les risques encourus par l’Union en cas de retrait d’un pays membre, les moyens d’un financement pérenne de l’Union, ainsi que le degré et le rythme de l’ouverture de l’Union, doivent y être abordées.

Les Pays-membres de l’Union ont décidé récemment de la tenue d’un Congrès extraordinaire afin de prendre une décision sur la révision possible de la rémunération pour les petits paquets avant la fin du cycle du Congrès actuel (2017–2020).

 Il reste à souhaiter que ce 3e Congrès extraordinaire de Genève, au mois de septembre 2019, aura résolu cette question, en tenant compte de la nécessité de l’équité du système et de la sauvegarde du multilatéralisme qui caractérise notre organisation.

Tels sont, entre autres, quelques enjeux de ce grand événement que j’ai voulu vous faire partager. Le défi à relever est important et nous commande d’être mobilisés pour y faire face dans l’esprit de compréhension et de solidarité qui nous a toujours caractérisés.

Abidjan est donc prêt à offrir ce cadre qui va permettre de réfléchir sur ces enjeux et tracer cette poste du futur qui doit être au service du citoyen.

AKWABA (Bienvenue) à Abidjan.

Venir en Côte d'Ivoire